Se mobiliser

Comment agir en faveur d'une démocratie

Il y a aujourd'hui une certaine urgence à agir car l’étau sécuritaire que nos dominants (élus) mettent en place empêchera bientôt toute alternative. Cet étau n'est pas destiné au terroristes mais au peuple. Il temps de faire l'inventaire de ce que nous refusons et surtout de ce que nous voulons. Si gagner la démocratie était une chose facile, elle serait acquise depuis bien longtemps. Là où nous avons tout à gagner, certains auront tout à perdre et ceux là ne vont pas nous laisser faire le sourire au lèvre...
Pour déposséder cette minorité dominante, le peuple devra faire preuve d'imagination et d'intelligence.
En attendant, voici quelques pistes sûres et éprouvées. 

Cesser de voter

Nous avons vu que l'urne est le cercueil de la démocratie. Elle légitime un corps politique soumis aux lois d'une économie de marché suicidaire.
Chaque électeur quel que soit son vote (même blanc) collabore à la puissance de ce système.
Même en votant pour un candidat vertueux (outre le fait qu'ils n'a mécaniquement aucune chance d'être élu *), on concour à notre propre impuissance politique en cautionnant le système que nous devrions combattre.
Ainsi, aussi paradoxal que cela puisse paraître, s'abstenir est un acte positif et volontaire, là ou l'élection n'est que résignation et servitude.

La seule exception à cette règle serait de voter pour un candidat proposant la mise en place, une fois élu, d'outils véritablement démocratiques et d'une assemblée citoyenne délibérative, choisie par sélection aléatoire.
Voir l'exemple du canton de Puy l'Evêque

* En vertu du principe que ce système électif corrupteur donne généralement le pouvoir aux pires et non aux meilleurs.


Modifier la constitution

"Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures."

Art.28 Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de l'an 01 de la République Française (1793)

Bien que nous ne disposions pour l'instant d'aucun moyen d'intervention direct sur le processus constitutionnel, l'aventure islandaise nous montre à quel point une nouvelle constitution écrite par le peuple devient évidente lorsque l'heure est venue. Il faut s'y intéresser dés à présent comme le font déjà divers groupes à travers le monde.


 

 

 

 

 

 

 

Forcer les failles du système représentatif-électif

L’unité fondamentale de prise de décisions dans une démocratie réelle est l’assemblée démotique, c’est à dire, le corps des citoyens d’une zone géographique donnée (locale, régionale ou confédérale).
A contre courant du système électif, particratique et pyramidal, il s'agit de créer par en bas, des espaces publics locaux de démocratie directe qui forgeront progressivement les conditions de l’instauration d’une société nouvelle, où la voix des citoyen(ne)s n'est pas confisquée, étouffée ou contournée.

- Un petit noyau a réussi à traduire cette dynamique par des listes «Démocratie réelle» aux législatives de juin 2012, dans 4 circonscriptions de l’Isère. Bilan : 0,5 % des voix en moyenne mais une belle exposition médiatique pour ce mouvement neuf.

- La petite ville de Saillans, se sert à son tour, et cette fois avec succès, des possibilités de détourner le système représentatif-électif au profit d'une véritable gouvernance démocratique en remportant les élections municipales de 2014.

- A l'instar d'une dizaine de cantons français, lors des dernières élections départementales du 22 mars 2015 le groupe Démocratie réelle du canton de Puy l'Evêque (46) présente un binôme tiré au sort parmi une dizaine de candidats à la candidature.

Le système de gouvernance représentative (ou le peuple choisit par la voie des urnes ceux qui vont le gouverner) ne laisse que peu de place pour mettre en pratique une démocratie réelle ; y introduire un processus démocratique suppose donc quelques aménagements. Plus de détails

Compromis

Nous unir et communiquer

La communication sur un concept comme la démocratie n'est pas ingrate. Qu'il s'agisse de communication verbale, informatique, médiatique, éducative ou de sensibilisation, le message passe vite et bien.
En revanche, ce qui fait défaut au mouvement démocratique, c'est une image unitaire, un nom sous lequel tout démocrate pourrait se reconnaitre et être identifié. Il ne peut s'agir d'un parti polirtique puisque celui-ci est le pendant du système électoral que nous dénonçons. Il y a une certaine urgence à trouver un nom fédérateur de toutes les initiatives actuellement dispersées qui s'entendent sur l'essentiel des revendications pour une démocratie réelle, à savoir :
- le rejet du système électoral et la remise en cause de la légitimité de ses représentants élus

- le tirage au sort comme mode prioritaire de décision démotique
- La réforme de la constitution par les citoyens



Dans la non violence

Le conflit est inévitable mais la violence est inutile et contreproductive tant que nos vies ne sont pas menacées. L'efficacité de l'appel au boycott (Gandhi, Martin Luther King...) doit demeurer présent à nos esprits, de même que l'adage "là où nul n'obéit, personne ne commande"...

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×